Info & téléchargement

Le parc d’un château historique équipé d’un système CVC en souterrain

Symbole de Bratislava, le château qui rayonne aujourd'hui de sa blancheur se voit de loin. Il avait pourtant complètement brûlé en 1811 jusqu'aux fondations et de nombreux bâtiments annexes avaient été entièrement détruits par l'incendie.

Comme les recherches archéologiques l'ont montré, cet emplacement bien exposé, à 85 mètres au-dessus du Danube, n'a pas seulement plu aux bâtisseurs du château de Bratislava. Le lieu était en effet déjà habité au Néolithique (environ 2 500 ans avant JC), comme l'ont montré des traces retrouvées sur la colline où se trouve le château. Il ne faisait dès lors plus aucun doute que la protection de ce site historique était appelée à jouer un rôle encore plus important que ce qui avait été envisagé au départ.

Les travaux de restauration à présent achevés, essentiels et conformes aux principes du développement durable, ont déjà coûté 126 millions d'euros. Mais avant de pouvoir entamer les travaux, il a fallu aussi bien sécuriser les fragments archéologiques de l'ancien peuplement qui ont une valeur historique que déterminer les différentes étapes de construction de la forteresse.

Construction dans le style Marie-Thérèse

La reconstruction du château détruit a eu lieu près de 150 ans après l'incendie et sa restauration actuelle a duré entre 2008 et 2016. Les aménagements extérieurs selon le modèle baroque ont été terminés en 2016. Le but de la restauration financée par l'État était de redonner l'aspect d'avant l'incendie au complexe de bâtiments historiques reconstruits au milieu du XXe siècle conformément à l'original, avec les bâtiments annexes et les aménagements extérieurs. L'architecture actuelle du château après achèvement des travaux de restauration a par conséquent été essentiellement influencée par les ajouts et modifications datant de la Renaissance et du début de la période baroque, ainsi que de la régence de l'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche.

Pour pouvoir utiliser le bâtiment et ses différents locaux toute l'année comme musée et bâtiment d'expositions et de congrès, il fallait une climatisation adaptée aux objets exposés dans les musées et aux fondations historiques partiellement dégagées, permettant en outre de climatiser en fonction des besoins les salles de différentes tailles servant aux expositions et aux congrès.

Des traces des Celtes dans la rampe d'accès au parking souterrain

En raison des conditions strictes imposées par la protection du site historique, les responsables ont décidé de construire un parking souterrain au-dessous des jardins baroques ancien et futur et d'installer également sous terre l'ensemble des installations des réseaux d'alimentation, au-dessous des futures allées arborées.

Ce n'est qu'après avoir achevé les travaux de recherche historique, qui se sont étalés sur plusieurs années dans la zone de l'ancien jardin baroque, du fossé et des murailles du château, où des traces des Celtes ont été trouvées et mises en lieu sûr, qu'il a été possible de commencer la nouvelle phase de travaux « L » pour les infrastructures techniques et le parking souterrain. Ce dernier offre aux visiteurs à mobilité réduite de la place pour 220 voitures, accessibles en fauteuil roulant.

Des aéroréfrigérants Güntner installés en souterrain

Au-dessous du jardin donnant vers l'ouest, dans la partie qui depuis a été aménagée en allées arborées selon le modèle du jardin créé en 1778 – 1780 (c'est-à-dire les espaces extérieurs du manège d'équitation à l'époque baroque), deux salles souterraines s'étendent sur 60 mètres de longueur, disposées parallèlement entre elles et bénéficiant d'une ventilation naturelle au moyen de caillebotis. La première salle abrite en tout sept appareils Güntner VERTICAL Vario, de type GFV, fixés directement sur le mur et offrant une puissance totale de refroidissement de 1 400 kW.

Les ventilateurs des refroidisseurs de fluide sont en quelque sorte montés encastrés dans le mur ou font saillie dans la salle voisine. C'est là que l'air réchauffé repart dans l'environnement par l'intermédiaire des grilles du plafond. Les refroidisseurs de fluide Güntner VERTICAL Vario assurent le refroidissement de 46 °C à 41 °C d'une solution éthylène/glycol à 34 % qui alimente quatre refroidisseurs d'eau (dont trois de la marque Carrier et un de la marque Trane), eux-mêmes installés dans la salle des machines du bâtiment de l'Orangerie.

Une conception sur mesure

Les aéroréfrigérants Güntner sont caractérisés par un régime à charge partielle efficace au plan énergétique, intéressant économiquement lorsqu'il n'y a pas de visiteurs dans le musée ou dans les salles d'exposition ou de congrès. Des ventilateurs à régulation de vitesse assurent une consommation électrique exactement adaptée au besoin et un fonctionnement particulièrement silencieux (50 dB à 10 mètres de distance). Les bruits de fonctionnement sont pratiquement inaudibles à l'extérieur. Les équipements Güntner VERTICAL Vario GFV ont été construits exactement d'après les spécifications du donneur d'ordre (50 dB à 10 m, refroidissement naturel en hiver, encombrement limité). Tous les ventilateurs sont pilotés par des convertisseurs de fréquence du système central.

Le château abrite aujourd'hui le Musée historique et le Musée national slovaque, avec des expositions temporaires. L'ancienne chapelle du château sert de salle de concert et l'ancienne école de cavalerie sert indifféremment de salle pour des manifestations culturelles ou des événements d'entreprises, baptisée l'« Orangerie ». Le château dispose également de salons de réception pour le Conseil national slovaque, qui ont été utilisés par exemple en 2016 pour des rencontres ministérielles informelles et pour des conférences lorsque la Slovaquie assurait la présidence du Conseil de l'UE.

retour à l'index

Partager cette page

Images